Premier retour sur la Surface Pro 8

Voilà tout juste une semaine que je teste la Surface Pro 8 dans mon usage quotidien personnel et aussi professionnel.
Il est maintenant temps de vous faire un premier petit retour.
Cet article n’est pas à prendre comme un test en soit, ça n’en est pas un, mais comme un premier ressenti sur cette machine avec l’usage que j’en ai.

De quoi parle t’on ?

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il faut savoir que j’ai acheté un pack comprenant la Surface Pro 8 elle-même, mais aussi le clavier Type Cover Signature avec le stylet Slim Pen 2 et la Surface Mobile Mouse.

J’ai obtenu ce pack chez Darty à 1449,99€, une remise sympatique était disponible et c’est ce qui m’a décidé à passer commande alors que je lorgnais sur ce type de machine hybride depuis plusieurs semaines.

Je n’en suis pas à ma première Surface Pro, elle arrive après une Surface Pro 4 achetée en 2016, et une Surface Pro (5ème génération) achetée en 2018.
Je connais donc déjà le principe, mais c’est la première fois que j’achète « la totale », en prenant le pack complet.

La configuration

Avec ce pack proposé par Darty, on obtient une Surface Pro 8 platine ayant la configuration suivante :

  • Intel Core i5 1135G7
  • 8Go de RAM
  • 256Go de stockage remplaçable (une trappe d’accès est présente au dos de la machine, sous la béquille)

Avec en plus les différents accessoires : clavier Type Cover Signature avec stylet Slim Pen 2 ainsi que la souris Surface Mobile Mouse.

Pour quel usage ?

Je suis auto-entrepreneur (je travaille dans le domaine de l’informatique, et plus précisément je fais de la maintenance et du support informatique) et cette Surface Pro est destinée à me suivre chez mes clients, mais aussi à être utilisée chez moi pour la gestion de mes différents serveurs, du surf sur le web etc…
Bref, pas un usage super exigeant, mais quand même différent de celui qu’on trouve habituellement chez le grand publique et plutôt un usage « avancé » en soit.

Retour d’expérience

Nous sommes ici sur une machine premium et ça se ressent.
Tout est très bien fini et ajusté, et la machine respire la solidité et la qualité.
Le clavier Type Cover possède une frappe agréable, la course des touches est courtes sans trop l’être et le touchpad réagit correctement même si j’aurai aimé un touchpad un peu plus grand, mais ça c’est surement parce que je suis habitué aux touchpads immenses des MacBook d’Apple.

Le stylet est super agréable, réagit correctement, est précis et il est bien calibré dès le déballage, je n’ai rien eu à changer à ce niveau, ni de calibrage à refaire.

Par contre, la souris, là c’est différent.
Elle est agréable à prendre en main bien qu’un peu trop plate à mon goût, elle est précise et de bonne qualité, mais, et c’est un gros point noir, elle a tendance à passer dans une sorte de veille au bout de quelques secondes d’inactivité à peine et ne sort pas de veille immédiatement en la déplaçant de nouveau, générant un « saut de curseur » à l’écran. Un peu à la manière d’un rollback dans les jeux vidéo, pour parler aux plus gamers d’entre-vous.
Je suis sûr que c’est la Mobile Mouse et pas la Surface Pro 8 qui a ce comportement, puisque je ne rencontre pas le problème avec le touchpad du clavier Type Cover.
J’ai essayé une réinstallation de la Surface Pro 8 et ça n’a rien corrigé.

Je ne sais pas si ce genre de périphériques sont parfois mis à jour par Microsoft, mais j’espère trouver une solution à ça.
Je me suis renseigné un peu, et apparemment je ne suis pas le seul à avoir constaté ça.

Concernant les performances, pour l’usage que j’en ai, elles sont suffisantes, bien que j’aurai aimé un peu plus de RAM. Cependant, les options chez Microsoft c’est comme chez Apple, les prix sont vraiment très élevés et la moindre option fait grimper le prix de 150 ou 200 €…

Je note quand même des glitchs graphiques survenant parfois dans Firefox et Outlook mais disparaissant rapidement et facilement.
Ce n’est pas très grave dans la mesure ou ils me semblent logiciels et peuvent, a priori, être corrigés rapidement.
J’attends Microsoft sur ce coup, c’est surement le firmware de la Surface Pro qu’il faut mettre à jour.

Dernier point noir, mais ce n’est pas dû à la Surface Pro en elle-même mais plus à Windows 11, il y a sur certaines animations graphiques comme celle de fermeture d’une fenêtre, un manque de fluidité et de légères saccades se font ressentir.
Ce n’est pas non plus lié à un manque de puissance puisque j’ai constaté le même phénomène sur des machines plus puissantes.

Ah et dernière chose avant de vous laisser pour cet article, si avant Microsoft livrait ses Surface Pro avec Windows 10 Pro, ici c’est un Windows 11 Famille qui est installé (que j’ai mis à niveau vers Windows 11 Pro en achetant une licence, j’ai besoin du partage d’écran et des outils permettant de se connecter à des domaines Active Directory).

Globalement et pour conclure, c’est une bonne petite machine. J’espère que les deux petits soucis principaux seront corrigés, et que Microsoft fluidifiera l’interface de Windows 11.
Si vous avez des questions, comme toujours, je suis disponible pour y répondre en commentaires de cet article.

Related Posts

Paul

Passionné d'informatique et des nouvelles technologies, je partage avec plaisir mes connaissances sur ce site. Expert Apple, passionné de Linux, de l'infrastructure et de l'hébergement, gestionnaire de serveurs.

This Post Has 2 Comments

  1. Bonne prise en main, ça donne envie ! C’est un matériel que je trouve bien abouti, c’est bien je trouve que Microsoft creuse son sillon et propose une onzième génération d’une telle machine, qui était à la base une assez bonne idée. Rares sont les fabricants — à l’exception notable d’Apple justement ! — à essayer d’améliorer peu à peu un concept, qui du coup est de plus en plus convaincant. Changer totalement le concept à chaque fois n’est pas forcément gagnant.

    Quant à Windows 11 étant encore assez jeune comme OS on peut espérer une amélioration au fil des mises à jour — enfin, c’est ce que j’espère, et pas l’inverse !

    1. J’espère aussi pour Windows 11, mais Windows 7 avait le même « problème » et il n’a jamais été corrigé sur cet OS.
      Il a fallu attendre Windows 8 pour retrouver une interface graphique parfaitement fluide dans les animations système comme les effets d’ouverture et fermeture des fenêtres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.